Programma Online

01/07/2020

Malgré les difficultés causées par l’annulation du festival, nous ne voulions pas achever l’année les mains vides. Nous sommes heureux·ses de partager avec vous un tout nouveau programme en trois chapitres pour l’automne 2020, afin de remercier notre public et de soutenir la communauté artistique en commandant de nouvelles créations.

Every Inside Has an Outside en septembre pour célébrer et questionner le présent ; The Diasporic Schools comme une Free School en ligne accessible dans le monde entier ; News From Home pour célébrer la scène artistique bruxelloise.

Tous ces ingrédients aboutissent normalement à un festival qui se déroule pendant trois semaines. Cette année, nous voyagerons avec vous d’île en île pendant trois mois.

Lisez l’introduction complète de l’édition d’automne du festival ici.

Vous trouvez l'aperçu complet du programme ici.

Les tickets seront mis en vente à partir du 18 août.

Ticket Fantôme : derniers jours

28/05/2020

Notre mission a toujours été de soutenir la création artistique et nous voulons rester fidèles à ce credo. Dans ce contexte de crise mondiale qui a profondément affecté la communauté artistique, nous nous sommes engagé·es à soutenir les artistes tant dans les circonstances actuelles que dans le futur (proche).

Vous pouvez contribuer à notre action de soutien en achetant des Tickets Fantôme (10/20€) ou un Pass Fantôme jusqu'au samedi 30 mai.

Achetez des Tickets Fantôme >>>

Tickets Solidaires = Douches Solidaires

Tout en nous consacrant aux arts, nous souhaitons rester vigilant·es aux besoins des personnes en situation précaire. C’est pourquoi cette année toutes les contributions pour les Tickets Solidaires seront transmises à notre partenaire DoucheFLUX qui pourra offrir des Douches Solidaires aux personnes dans le besoin.

On revient (très) bientôt

Nous travaillons sur différentes options, afin de pouvoir présenter quelques spectacles à l'automne. Plus d'infos suivront bientôt.

Merci !

Merci d'avance pour votre aide et soutien.

A très bientôt !

Une playlist est un acte d'imagination

22/05/2020

Dans le cadre de la Free School, l'écrivain et artiste nigérian-américain Teju Cole a conçu une série de cours d'histoire et de politique dont la structure est à chaque fois une playlist de musique sur Spotify. Aujourd'hui, alors qu'il devait donner son premier cours, il nous a envoyé cette playlist Spotify à partager avec vous.

Ecoutez la playlist memory of a night—were it not for et connectons-nous dans notre écoute collective ce soir >>

Lisez l'introduction de Teju Cole à sa playlist (en anglais) :

memory of a night—were it not for

This playlist is an act of imagination, the way certain cities feel like the ruins of empires that never existed. When the worldwide respiratory pandemic forced an alteration, and then a cancellation, of the elaborate plans for the 2020 Kunstenfestivaldesarts, I regretted that I would not get to participate in the Free School. But it surprised me that I regretted even more intensely the lost opportunity to meet the many hardworking organizers and conveners of the festival. This was because, in truth, what I had looked forward to the most, as I prepared to fly from Boston to Brussels, was the inevitable first-time encounter with many brilliant, fascinating, and interested young people. I knew I would make new friends and have my experience of the world expanded in unpredictable ways. I imagined that, after the day’s lectures and programming, we would head out to one or other late-night location in the city, some place with a welcome vibe, with good cocktails and low lights. This place would have good music playing, and it would be music that was familiar in some ways, but that also connected us to distant places, and maybe even to our personal prehistories. All this would be fuel for vivid and unending conversation. In such a moment, Brussels would become every city, and a kind of politics of borderlessness—apparent without being articulated—would be made manifest in our gathering.

A playlist is an act of imagination. Unable to fly to Brussels, I made a playlist. Every playlist moves according to its own logic, which cannot be determined in advance. The playlist now has the wayward title “memory of a night—were it not for.” There’s music from Jordan, Cambodia, Jamaica, Nigeria, Brazil, and numerous other stops, but the flow is organic. Much of the music is indeed from the ’70s: the decade in which I was born, and thus the first cultural moment I was aware of having missed. But some of it is more recent, though genetically connected to those 70s vibes. But all the music is, so to speak, from a single night. As I chose and listened, and removed, and evaluated, what I kept in mind was our imagined gathering on that night in Brussels that never happened.

What might someone experience in our imaginary bar, listening to “memory of a night—were it not for”? The listener might come to the paradoxical knowledge that sorrow can sometimes speak in an upbeat voice, and that the groove can be the conduit of a collective melancholy. But such a listener would also know, as the night deepens, that this is not the melancholy of surrender. It is something very different: the contemplative space in which we prepare for those future nights when we’ll all meet in person to continue our interrupted conversation.

Teju Cole, May 2020

"Je pensais que j'étais un fantôme, mais je (l')étais."

15/05/2020

"Je pensais que j'étais un fantôme, mais je (l')étais." 

Dans ce poème, Tarek Lakhrissi donne des mots visibles à un sentiment d’invisibilité, au sein d’une société faite de divisions et de hiérarchie. Comme tou·tes les fantômes, le sien n’accepte pas sa condition, il hante le présent, cherchant sa revanche à travers une présence nouvelle.

C'est sur ces mots que s'ouvre notre brochure. Au moment de les écrire, nous ne pouvions imaginer qu'ils prendraient un tout autre sens en quelques jours.

Découvrez les poèmes de Tarek Lakhrissi

Cachée parmi les pages du programme, une sélection de poèmes de Tarek Lakhrissi devait se dévoiler aux lecteur·trices de la brochure.

Pour ne pas les laisser nous hanter seul·es plus longtemps, nous vous invitons à découvrir ces poèmes virtuellement.

Lire les poèmes >>

Soutenez aussi le travail invisible du festival

Nous voulons offrir le meilleur soutien aux artistes et aux collaborateur·trices du festival, aussi à celles et ceux qui fournissent un travail invisible.

Vous pouvez nous aider dans cette action de soutien à la création artistique en achetant des Tickets Fantôme ou Pass Fantôme.

Merci pour elles et eux !

Ouvertures à distance

08/05/2020

Le festival devait démarrer aujourd’hui. 

Un des événements attendus sur ce premier weekend de festival était le double projet de The Living and The Dead Ensemble, composé du film Ouvertures et de la performance The Wake.

Regardez Ouvertures en ligne

Avec The Living and The Dead Ensemble, nous avons le plaisir de pouvoir vous offrir l'accès au film Ouverturesque vous pourrez regarder en ligne jusqu'à dimanche soir.

Présenté en première à la Berlinale, le film imagine le retour de Toussaint Louverture – héros de la Révolution haïtienne – dans le Port-au-Prince d’aujourd’hui et de sa jeune génération.

Regardez le film Ouvertures (FR, créole haïtien→EN) >>

Un soutien aux artistes

Comme pour d'autres artistes, notre volonté est de soutenir au maximum ce collectif, qui se trouvait déjà en Europe lors de la mise en place des mesures de confinement.

Vous pouvez nous aider dans cette action de soutien à la création artistique et aux collaborateur·rices du festival en achetant des Tickets ou Pass Fantôme.

Merci d'avance pour votre soutien, et bon film !

Image : Ouvertures © The Living and The Dead Ensemble / Spectre Productions

Ghost Tickets Fantôme

14/04/2020

Face à la crise du SRAS-CoV-2, nous devons malheureusement annuler la 25e édition du festival. C'est une triste nouvelle pour nous, et sans doute pour vous aussi.

Plus d'infos dans la lettre de la direction >>

La mission du festival a toujours été de soutenir la création artistique et nous la gardons aujourd'hui au cœur de notre action.

Dans ce contexte de crise mondiale, la communauté artistique aussi est financièrement affaiblie. Nous sommes déterminé·es à soutenir les artistes et collaborateur·rices du festival par des contributions de coproduction et des indemnités d'annulation.

Vous pouvez nous aider avec les Tickets Fantômes

Vous pouvez contribuer à notre action de soutien en achetant des Tickets Fantôme (10/20€) ou un Pass Fantôme.

Nous avons besoin de votre soutien. Beaucoup de frais ont déjà été engagés dans la préparation du festival, et nous ne pourrons pas compter sur les revenus des tickets ni sur plusieurs de nos subventions ponctuelles. 

Tickets Solidaires = Douches Solidaires

Tout en nous consacrant aux arts, nous souhaitons rester vigilant·es aux besoins des personnes en situation précaire.

C’est pourquoi cette année toutes les contributions pour les Tickets Solidaires seront transmises à notre partenaire DoucheFLUX qui pourra offrir des Douches Solidaires aux personnes dans le besoin.

Merci !

Merci d'avance pour votre aide et soutien.

Nous nous réjouissons déjà de vous voir l'année prochaine. En attendant, prenez soin de vous!  

Le programme est en ligne

24/03/2020

Par respect pour le travail des artistes et de l'équipe du festival, nous souhaitons partager avec vous le programme du festival tel que nous l’avions conçu.

Vente des tickets différée

Compte-tenu de la situation actuelle, l’ouverture de la billetterie à Recyclart/De Vaartkapoen et la mise en vente des tickets en ligne sont malheureusement postposées. Il ne sera donc pas possible d’acheter des tickets à partir du 24 mars comme initialement annoncé en ligne et dans notre brochure.

Téléchargez la brochure

Découvrez notre brochure en la téléchargeant depuis notre site web.

Nous espérons pouvoir vous donner bientôt des informations quant à la possibilité d'une reformulation du festival ou de son annulation. Nous suivons l'évolution de la situation de près et continuerons bien sûr de vous en tenir informés. Si vous souhaitez déjà en savoir davantage, la direction s’exprime ici
plus longuement sur les différents scénarios envisagés à l’heure actuelle pour le festival.

Annulation du programme launch prévu le 24 mars

17/03/2020

Dès cette date, vous aurez toutefois l'occasion de trouver le programme complet sur notre site web. Dans les jours qui suivront, vous pourrez également le découvrir dans la brochure distribuée par courrier et également la consulter sur notre site web.

Nous espérons de tout coeur pouvoir maintenir le festival et continuons à le préparer avec enthousiasme. En cas d'évolution de la situation, nous ne manquerons bien entendu pas de vous en tenir informés.


Portez-vous bien et merci pour votre compréhension.

Programme launch 2020

06/03/2020

Le mardi 24 mars nous dévoilerons le programme du Kunstenfestivaldesarts 2020.

Le Programme Launch se tiendra à 18h au Decoratelier (Rue de Manchester 17, à Molenbeek). 

La direction dévoilera le programme en primeur, et nous trinquerons à cette nouvelle édition. L'entrée est gratuite.

Notre billetterie située à Recyclart/De Vaartkapoen (Rue de Manchester 13-15, Molenbeek) sera exceptionnellement ouverte de 19h à 21h, avant son ouverture officielle le 25 mars à 11h.

Vous trouverez le programme complet sur notre site web dès 19h le 24 mars. Et dans les jours qui suivent, vous pourrez également le découvir dans la brochure, distribuée par courrier et dans la plupart des lieux culturels en Belgique.

La vente des tickets en ligne commencera le mardi 24 mars à partir de 19h sur notre site web. 

Vous êtes prêts pour la suite? Nous, presque.

03/03/2020

En attendant le Programme Launch le 24 mars, nous ne résistons pas au plaisir de vous dévoiler les noms de quatre artistes qui seront au programme:

Dans le cadre du Free School Akira Takayama transforme plusieurs McDonalds en salles de conférence, et crée une université temporaire dans la ville.

La nouvelle création de Marlene Monteiro Freitas est une performance intense qui donne corps à la fascination humaine pour le mal et le malaise.

La question du genre a toujours parcouru en filigrane le travail de la chorégraphe ivoirienne Nadia Beugré: sa nouvelle creation questionne l’appréhension du corps noir et masculin, dans l’Histoire et aujourd’hui.

Le spectacle du metteur en scène iranien Ali Asghar Dashti est l'histoire d'une désintégration, capable de soulever une critique subtile de la relation entre art et pouvoir.

Le programme complet sera dévoilé le 24 mars à 18h.